A cause du COVID-19, les ventes de vins et de pétillant ont largement diminué depuis le mois de mars. En Champagne, les producteurs ont décidé de fixer un seuil maximum à 230 millions de bouteilles pour toute la région, afin de réduire les stocks de cette année et écouler les bouteilles de l’an dernier. La filière évalue la chute de son chiffre d’affaires cette année à 1,7 milliard d’euros.

Il fallait arriver à un accord très rapidement, puisque les vendanges commencent avec deux semaines d’avance cette année, en raison d’un hiver tiède, d’un printemps très chaud et d’un été dans sa continuité. C’est chose faite, puisque le 18 août dernier, les producteurs et maisons de Champagne se sont accordés pour réduire le volume des récoltes de raisin à 8 000 kg par hectare, équivalent à 230 millions de bouteilles.

Un rendement affaibli

Un rendement en baisse de près de 22 % par rapport aux 10 200 kg par hectare de 2019, a indiqué le Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC) dans un communiqué. Les discussions étaient bloquées depuis des semaines, les grandes maisons de champagne faisant pression pour une forte baisse de la production afin de soutenir les prix, tandis que certains producteurs souhaitaient une réduction moins importante pour profiter d’une récolte 2020 prometteuse.

En prévision des fêtes de fin d’année, période cruciale pour les ventes de champagne, et alors que le monde tente de s’ajuster aux retombées de l’épidémie de coronavirus, le secteur a adopté une mesure sans précédent pour réduire potentiellement le volume de la récolte, a déclaré le CIVC.

Le CIVC estime les invendus cette année à près de 100 millions de bouteilles, ce qui représente une perte de chiffre d’affaires de 1,7 milliard d’euros.

La majorité des vignerons ont en effet perdu plus de 80% de leur volume de ventes sur les mois de mars, avril et mai voire même juin, ce qui a fait des dégâts importants et a augmenté le coût du stock. Les restaurateurs et cavistes représentent plus de 50% du volume des ventes des vignerons, donc en étant fermés pendant 3 mois, ils ont mis à mal également les producteurs. Même cet été, les restaurateurs ont été très prudents sur leurss achats, craignant une deuxième vague de confinement, eux qui ont donc préféré utiliser leurs stocks existants en priorité avant de procéder à tout achat.

Les touristes individuels, pouvant représenter jusqu’à 40% du business chez certains domaines, ont également beaucoup moins voyagé de peur du virus. L’export a bien diminué également, notamment vers les Etats-Unis et la “taxe Trump” depuis la fin de l’an dernier. Tout cela explique l’inquiétude des vignerons et la baisse des rendements pour cette année.

C’est donc, pour nous consommateurs, une excellente année pour acheter du vin! Premièrement, cela soutient nos producteurs, mais deuxièmement, on peut obtenir des meilleurs prix et surtout, obtenir des allocations chez des vignerons où il est habituellement impossible d’en avoir!

Vous souhaitez être rappelé ?
Envoie en cours...
0
    0
    Your Cart
    Your cart is emptyReturn to Shop
    ×